Mécano vélo mobile

Mon emploi actuel me laissant passablement de temps libres, j’ai décidé récemment de tester une idée qui me trottait dans la tête depuis un bout de temps: mettre en place un service de mécanique vélo mobile.

PICT1357

Des idées pour un nom de projet plus accrocheur? Je suis preneur.

Le concept est assez simple.

Lors d’une belle journée de congé, je charge ma remorque de vélo avec l’essentiel pour réparer et entretenir un vélo: outils et support de réparation.

PICT1358

Une partie de mes outils.

Je me rends sur le bord d’une piste cyclable et j’installe ma pancarte pour indiquer aux cyclistes de passage que je suis disponible pour les aider. En attendant qu’un(e) intéressé(e) s’arrête, je travaille sur mon propre vélo: il y a toujours un peu d’entretien à faire, surtout quand on est perfectionniste.

PICT1356

Prêt à vous aider!

Le 23 mai, j’ai effectué mon premier test, près de l’accès menant à la Baie de Beauport. Ça n’a pas été concluant: deux ou trois personnes se sont arrêtées pour poser des questions, sans plus.

Après environ 45 minutes, j’ai décidé de plier bagages et d’essayer un autre « spot »: la halte située près du pont-tunnel Louis-Josepth Samson. Environ 2 heures et demie plus tard, j’avais aidé 4 ou 5 personnes: gonflage de pneus, ajustement de vitesses, conseils, etc. Une propriétaire de tricycle était bien contente que je sois là: elle m’a fait régler 3-4 problèmes sur son vélo! J’ai aussi eu quelques bons commentaires du genre: « Bonne idée, lâche pas! »

L’expérience a été suffisamment bonne pour avoir envie de récidiver. Si vous me croisez sur le bord d’une piste, au cours des prochaines semaines, n’hésitez pas à venir me jaser. Comme l’a fait Yan Turgeon, auteur du blogue Vélurbaniste, mardi après-midi au parc Cartier-Bréboeuf.

En terminant, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et suggestions. J’adore vous lire.

Publicités

Pour planifier votre prochain voyage à vélo

PICT1035

À mon avis, une bonne partie du plaisir de voyager réside dans la préparation dudit voyage. Je vous suggère ici quelques ressources internet qui vous aideront, je l’espère, à planifier votre prochain voyage à vélo.

travellingtwo.com

Créé par deux canadiens maintenant installés aux Pays-Bas, c’est un site fantastique pour en apprendre un maximum sur le cyclotourisme. Je vous recommande d’acheter leur livre électronique, débordant (c’est le cas de le dire!) de bonnes idées sur le matériel, la planification, les itinéraires et même sur le retour à la maison, après un long voyage! Pas cher (moins de 10$), inspirant et motivant.

www.bikemap.net/

Prenez Google Maps et adaptez le pour qu’il devienne un outil vraiment utile pour cyclistes. Vous obtiendrez probablement ce site ou un autre du même genre. Il permet de :

  • rechercher des parcours déjà créés par d’autres;
  • créer ses propres trajets à partir de zéro;
  • visualiser le dénivelé d’un parcours sous forme de schéma;
  • Enregistrez ces parcours pour les consulter plus tard, pendant le voyage.

www.routeverte.com

PICT1054La Route verte est présente dans presque toutes les régions du Québec! Le site permet de se créer des itinéraires, comme bikemap.net, mais sans aperçu du relief. Gros avantage : les gîtes Bienvenue Cyclistes sont représentés par un symbole, comme les stations d’autocar et les gares de train, entre autres.


www.viarail.ca/fr

Le site web du transporteur ferroviaire canadien. On y trouve les horaires, les trajets, les tarifs. Intéressant pour voir jusqu’où on peut aller en train avant de poursuivre à vélo. J’adore combiner vélo et train dans un même voyage. Oui, les prix sont un peu élevés, mais le confort est au rendez-vous.

www.crazyguyonabike.com/

27ead-pict0676Journaux de voyage à vélo du monde entier. Donne le point de vue cycliste sur plusieurs destinations. Comporte aussi des forums de discussion, des critiques d’équipement, des petites annonces, etc. Très complet, mais principalement en anglais… Bonne source d’inspiration, d’endroits à ne pas manquer et d’endroits (eh oui!) à fuir.

www.warmshowers.org/

Réseau d’hospitalité réciproque pour cyclotouristes. Les gens qui s’inscrivent offrent d’héberger des cyclotouristes. En échange, ils ont accès aux coordonnées de tous les autres inscrits. Ils peuvent donc communiquer, par courriel ou téléphone, pour arranger un séjour chez eux. Un incontournable!

www.couchsurfing.org/

Réseau d’hospitalité réciproque pour voyageurs en tout genre. Plus de membres, plus de possibilités d’hébergement et… plus de demandes d’hébergement que chez Warmshowers.

www.freecycle.org

Pour donner ou obtenir du matériel usagé, dont de l’équipement de camping ou de vélo. Permet de faire des économies et de réduire l’impact environnemental de nos activités.

Vélocentrix et… La Patente?

Vous vous demandez ce que c’est, La Patente? En fait, c’est « une coopérative de solidarité offrant des ateliers de fabrication collectifs et partagés dans le quartier Limoilou. » L’idée, c’est de donner la chance à tous les « patenteux et patenteuses » d’avoir accès aux outils nécessaires pour mener à bien leurs projets. Ils peuvent y créer des objets, en réparer et acquérir de nouvelles habiletés. Au 507 rue des Sables on trouve, entre autres, un atelier de travail du bois et un autre de mécanique générale, les cyclo-pousses de Tours Ludovica et Vélocentrix, qui se se spécialise en mécanique vélo communautaire.

Pneus et roues

Quelques pneus et roues usagés qu’il est possible de se procurer chez Vélocentrix.

Vélocentrix occupait jusqu’à récemment deux locaux, en alternance. L’hiver se passait chez Craque-Bitume, près du Cégep de Limoilou. Un endroit exigu qui ne répondait pas vraiment aux besoins de l’organisme. Avec le temps doux venait la migration… vers une une remorque prêtée par la Ville de Québec, au site des sports d’hiver de la Pointe-aux-Lièvres. Plus spacieuce, elle était néanmoins loin de suffire à la tâche.

Vélocentrix dispose désormais de plus d’espace et d’un emplacement « stratégique », près du centre-ville, de la rivière St-Charles et de sa piste cyclable.

Julien Normand

Julien Normand, un des cofondateurs de l’organisme, sur la « mezzanine » où plusieurs pièces et outils sont rangés, sous un des puits de lumière.

Grâce à des puits de lumières, le local est bien éclairé. De plus, il est possible d’y ranger du matériel en hauteur. La proximité d’autres ateliers permettra probablement une belle synergie entre les différents bricoleurs. De quoi rendre le travail des mécanos amateurs agréable et efficace!

Voter à Québec : quelle vision des transports actifs?

Il y a quelques semaines, en voyant les pancartes électorales « apparaître » dans mon quartier, je me suis posé des questions sur les orientations des deux principaux partis. En fait, j’étais surtout curieux de savoir ce que Démocratie Québec et Équipe Labeaume pensent des transports actifs.

Je leur ai donc envoyé les deux questions suivantes, le 8 octobre 2013 :

  • Quel est, selon vous, le meilleur moyen d’encourager les citoyens et citoyennes de Québec à utiliser plus fréquemment les transports actifs (marche, vélo)?
  • Si vous êtes élus, quels projets concrets prévoyez-vous mettre en œuvre pour faciliter le recours aux transports actifs?

Une réponse laconique de l’Équipe Labeaume

Le 18 octobre, j’ai reçu une première réponse, signée Régis Labeaume, Président d’Équipe Labeaume.

« Bonjour Monsieur St-Laurent,

Je vous suggère de consulter le plan de mobilité durable, qui est sur le site de la ville.

Meilleures salutations. »

Visiblement, Monsieur Labeaume est fort occupé et n’a pas le temps de s’étendre sur le sujet… J’ai lu la section du plan de mobilité durable qui concerne les transports actifs. J’en retiens surtout qu’il est recommandé de combler les parties manquantes du réseau cyclable et de sécuriser les trajets empruntés par les piétons. Mais les recommandations ne sont pas toujours suivies, c’est bien connu…

Si vous souhaitez avoir plus d’information à ce sujet, je vous invite à lire le Plan de mobilité durable, particulièrement les pages 93 à 100.

Et Démocratie Québec?

Pour ce qui est de Démocratie Québec, aucune réponse en date du 24 octobre. Le 8 octobre, j’ai utilisé le formulaire de contact disponible sur leur site Web. Puis, le 18 octobre, j’ai envoyé le même message à leur adresse de courriel (info@democratieqc.org).

Sans résultat.

Je m’attendais à mieux d’une formation politique dont le slogan est « Les citoyens d’abord ». D’autant plus que leur programme me semble complet, bien pensé et qu’il mise sur une véritable consultation des citoyens. Mais je leur donne le bénéfice du doute : peut-être que les courriels, ce n’est pas leur tasse de thé…

Et puis, bien qu’ils ne répondent pas aux demandes de renseignements, ils agissent. Ils s’affirment bien clairement pour les transports en commun, complémentaires aux transports actifs. Ils s’associent, par exemple, à l’initiative de Jérôme Côté-Allard, un étudiant du Cégep de Sainte-Foy. Ce dernier a lancé une pétition pour répliquer à Régis Labeaume qui a dit, lors du débat électoral du 21 octobre, ne pas être «certain qu’on trouverait 100 personnes qui rêvent de prendre l’autobus».

En conclusion

Je ne prétendrai pas savoir qu’elle formation politique est la plus apte à diriger Québec.

Mais je crois que les partis politiques municipaux doivent se mettre au diapason de la population et utiliser les médias sociaux avec efficacité.

10 jours pour répondre, c’est long. Ne pas répondre après 2 semaines, ça fait dur.

J’aime toujours lire vos commentaires.

 

Ellipti… quoi?!

L’ElliptiGo fait tourner les têtes. En tout cas, il a fait tourner la mienne, sur une piste cyclable, il y a quelques semaines. Et vous : avez-vous déjà croisé ce drôle d’engin? Qu’en pensez-vous?

_ElliptiGO

Fruit des amours interdites entre un vélo et un appareil d’entraînement elliptique? On pourrait le croire. Comme le mentionnait Jean-Sébastien Massicotte, en mai dernier, il s’agit d’un bien « étonnant croissement« .

Outre son aspect hors normes, ses avantages me semblent appréciables:

  • Pas d’impacts, contrairement au jogging;
  • Une position debout, meilleure pour le dos que le vélo et procurant une visibilité supérieure;
  • Des vitesses intégrées dans le moyeu, donc bien à l’abri des intempéries.

En regardant cette vidéo, difficile de ne pas être enthousiasmé. J’aimerais bien essayer ça.