Mécano vélo mobile

Mon emploi actuel me laissant passablement de temps libres, j’ai décidé récemment de tester une idée qui me trottait dans la tête depuis un bout de temps: mettre en place un service de mécanique vélo mobile.

PICT1357

Des idées pour un nom de projet plus accrocheur? Je suis preneur.

Le concept est assez simple.

Lors d’une belle journée de congé, je charge ma remorque de vélo avec l’essentiel pour réparer et entretenir un vélo: outils et support de réparation.

PICT1358

Une partie de mes outils.

Je me rends sur le bord d’une piste cyclable et j’installe ma pancarte pour indiquer aux cyclistes de passage que je suis disponible pour les aider. En attendant qu’un(e) intéressé(e) s’arrête, je travaille sur mon propre vélo: il y a toujours un peu d’entretien à faire, surtout quand on est perfectionniste.

PICT1356

Prêt à vous aider!

Le 23 mai, j’ai effectué mon premier test, près de l’accès menant à la Baie de Beauport. Ça n’a pas été concluant: deux ou trois personnes se sont arrêtées pour poser des questions, sans plus.

Après environ 45 minutes, j’ai décidé de plier bagages et d’essayer un autre « spot »: la halte située près du pont-tunnel Louis-Josepth Samson. Environ 2 heures et demie plus tard, j’avais aidé 4 ou 5 personnes: gonflage de pneus, ajustement de vitesses, conseils, etc. Une propriétaire de tricycle était bien contente que je sois là: elle m’a fait régler 3-4 problèmes sur son vélo! J’ai aussi eu quelques bons commentaires du genre: « Bonne idée, lâche pas! »

L’expérience a été suffisamment bonne pour avoir envie de récidiver. Si vous me croisez sur le bord d’une piste, au cours des prochaines semaines, n’hésitez pas à venir me jaser. Comme l’a fait Yan Turgeon, auteur du blogue Vélurbaniste, mardi après-midi au parc Cartier-Bréboeuf.

En terminant, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires et suggestions. J’adore vous lire.

Vélocentrix et… La Patente?

Vous vous demandez ce que c’est, La Patente? En fait, c’est « une coopérative de solidarité offrant des ateliers de fabrication collectifs et partagés dans le quartier Limoilou. » L’idée, c’est de donner la chance à tous les « patenteux et patenteuses » d’avoir accès aux outils nécessaires pour mener à bien leurs projets. Ils peuvent y créer des objets, en réparer et acquérir de nouvelles habiletés. Au 507 rue des Sables on trouve, entre autres, un atelier de travail du bois et un autre de mécanique générale, les cyclo-pousses de Tours Ludovica et Vélocentrix, qui se se spécialise en mécanique vélo communautaire.

Pneus et roues

Quelques pneus et roues usagés qu’il est possible de se procurer chez Vélocentrix.

Vélocentrix occupait jusqu’à récemment deux locaux, en alternance. L’hiver se passait chez Craque-Bitume, près du Cégep de Limoilou. Un endroit exigu qui ne répondait pas vraiment aux besoins de l’organisme. Avec le temps doux venait la migration… vers une une remorque prêtée par la Ville de Québec, au site des sports d’hiver de la Pointe-aux-Lièvres. Plus spacieuce, elle était néanmoins loin de suffire à la tâche.

Vélocentrix dispose désormais de plus d’espace et d’un emplacement « stratégique », près du centre-ville, de la rivière St-Charles et de sa piste cyclable.

Julien Normand

Julien Normand, un des cofondateurs de l’organisme, sur la « mezzanine » où plusieurs pièces et outils sont rangés, sous un des puits de lumière.

Grâce à des puits de lumières, le local est bien éclairé. De plus, il est possible d’y ranger du matériel en hauteur. La proximité d’autres ateliers permettra probablement une belle synergie entre les différents bricoleurs. De quoi rendre le travail des mécanos amateurs agréable et efficace!