Le gaz naturel liquéfié propulsera trois navires de la Société des traversiers du Québec

La Société des traversiers du Québec (STQ) et Gaz Métro ont conclu, le 27 septembre dernier, une entente d’achat de gaz naturel liquéfié. Moins polluant et moins cher, l’utilisation de ce carburant permettra à la société d’État de s’afficher comme une pionnière en Amérique du Nord.

Image
(Crédit photo : Société des Traversiers du Québec)

Sophie Brochu, présidente et chef de la direction de Gaz Métro, mentionne qu’il s’agit d’une « grande première dans l’industrie du transport maritime au Québec ». Les trois traversiers seront les premiers navires québécois à fonctionner, entre autres, au gaz naturel liquéfié (GNL). Ils seront en effet « bi-carburants », selon Rebecca Gibson, de Cruiseandferry.net. En Amérique du Nord, « ces traversiers figureront parmi les premiers […] à utiliser le GNL comme carburant et seront mis en service dès 2015 », dixit un communiqué publié sur le site de Gaz Métro.

Ces nouveaux navires permettront, selon les partenaires de l’entente, de réduire les impacts des traversiers québécois sur l’environnement. Le GNL est moins polluant que le mazout généralement utilisé pour faire fonctionner les navires. Selon Georges Farrah, président-directeur général de la STQ, ce carburant permet « une réduction d’au moins 20 % des émissions de gaz à effet de serre ». De plus, le GNL devrait permettre aux transporteurs maritimes de « réaliser une économie d’environ 40% sur leurs dépenses liées au carburant, qui constitue leur première dépense budgétaire », selon novae.ca

Enfin, le gaz naturel liquéfié a d’autres bons côtés en ce qui a trait à l’environnement. « [Il] permet de réduire significativement les émissions […] de polluants atmosphériques (oxydes d’azote (NOx), oxydes de soufre (SOx) et particules fines) », selon le communiqué de Gaz Métro. Rappelons que les oxydes de souffre et d’azote, émis par les industries et les véhicules motorisés, causent les « pluies acides ». La pluie, la neige et les autres précipitations polluées par ces oxydes modifient la composition des lacs et des rivières. Elles nuisent à la bonne absorption des minéraux par les plantes. Dans les cas extrêmes, celles-ci en meurent.

Gaz Métro mentionne que deux de ces navires seront affectés à la traverse Tadoussac – Baie-Sainte-Catherine tandis que le troisième reliera Matane, Baie-Comeau et Godbout. Les deux premiers sont actuellement en construction au Québec, au chantier maritime Davie de Lévis, alors que le troisième est assemblé en Italie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s