Des bleuets, en veux-tu, en v’là!

Cet été, j’ai eu le plaisir de constater que les infrastructures de la Véloroute des Bleuets ont été améliorées. Les endroits un peu stressants (à cause de la présence de camions lourds, en particulier) sont maintenant rares, si je compare à mon premier passage, il y a quelques années.

J’ai aussi remarqué (et apprécié!) la présence de nombreux points d’eau. À certains endroits isolés, c’est carrément dans un gros contenant isolé (genre Thermos) qu’une eau bien fraîche attend les cyclistes assoiffés! Bravo aux gestionnaires de la Véloroute pour cette délicate attention.

Pour vous donner un aperçu de ce trajet, je vous propose ici quelques photos commentées.

Non, ce n’est pas une installation militaire ou industrielle. C’est l’ancien château d’eau de la centrale électrique de l’Île Maligne, à Alma. Il a été rénové et abrite désormais Aquavolt, un intéressant spectacle multi-sensoriel traitant de l’eau et de l’histoire de la région.

 

Ces voiliers sont amarrés à la marina de St-Henri-de-Taillon, quelques kilomètres à l’est du Parc national de Pointe-Taillon.

C’est également dans cette municipalité que j’ai pu observer, avec amusement, une section de rue fort bien décorée. Visiblement, les enfants de l’endroit ont de la créativité et un certain talent.

Voici la rivière Péribonka, à partir de la rive nord du parc national de la Pointe-Taillon. C’est un endroit fantastique à explorer à vélo. Il s’agit d’ailleurs du moyen le plus efficace de le faire, l’utilisation de la voiture y étant interdit. Pas de bruits de moteurs, donc. De vraies vacances!

Pour sortir du parc, vous pouvez suivre l’itinéraire proposé par la Véloroute en passant par Sainte-Monique… Ou vous offrir une « mini-croisière » en utilisant la navette cycliste à partir de Pointe-Bouchette (à l’extrémité nord-ouest du parc). Une fois la traversée terminée, vous voilà rendu à la marina de Péribonka. Un bon endroit pour pique-niquer, une épicerie se trouvant de l’autre côté de la rue.

Puis, on quitte les rives du plan d’eau pour entrer dans les terres. Direction Sainte-Jeanne-d’Arc, petit village où l’on trouve un moulin à scie historique devenu une attraction touristique locale.

Ensuite, on se rend jusqu’à Dolbeau-Mistassini, où se trouvent les Chutes des pères ainsi qu’un camping situé juste à côté de celles-ci.

Plus loin, vers le sud-ouest, nous traversons le village de Normandin, où a déjà résidé Dédé Fortin, le regretté chanteur des Colocs. Et, tiens donc, ne serait-ce pas la fameuse Rue principale?

Une visite dans la région mérite un arrêt à l’un des kiosques où l’on peut se procurer, tout frais, les fameux bleuets du Lac Saint-Jean. Vous avez vu la grosseur de ce panier?! C’est ce que ça prend pour des fruits légendaires…

Côté infrastructures, la Véloroute des Bleuets emprunte des bandes cyclables, des voies désignées ou, comme ci-haut, des pistes cyclables en bonne et due forme.

Certaines portions de piste offrent, à mon avis, de vrais délices de conduite cycliste. Je pense notamment à une section boisée, près de la Plage Belley, et à un tronçon tout récent, près de Chambord. Ce dernier est remarquable… À ma connaissance, peu de pistes cyclables, au Québec, comportent des virages en épingle comme celui-ci. On se croirait presque dans les Alpes!!

N’hésitez pas à commenter si vous avez des questions ou si voulez partager des informations additionnelles sur ce circuit cyclable bien aménagé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s